Magnifique tête à tête avec Jay Gatsby

Gatsby le Magnifique. Un nom que je connaissais mais de loin. Maintenant je le connais de près. De tout près. Il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Jay Gatsby… en tête à tête, au casino de Bruxelles. Gatsby le Magnifique est le troisième roman de l’écrivain américain Francis Scott Fitzgerald, publié en 1925. Après d’innombrables adaptations au théâtre et au cinéma, cette histoire l’est maintenant sous une forme assez époustouflante : The Great Gatsby immersive est une extraordinaire expérience de théâtre immersif. J’AI KIFFÉ !!!

Lorsque l’invitation est arrivée, je me suis simplement dit que ce serait l’occasion de découvrir l’histoire mythique de ce millionnaire, roi de la nuit dans des années 20, partagées entre prohibition et décadence. Mais à bien lire le carton, on se rend compte qu’il faut y mettre du sien dans ce théâtre dit immersif, c’est qu’il nous est demandé de nous habiller pour l’occasion. En mode années 20. Mazette.

Immmersion complète dans les années 20

Dans The Great Gatsby, vous faites pleinement partie de la pièce de théâtre, « un peu comme dans un jeu vidéo », dira au Soir Oliver Tilney, l’acteur britannique qui a joué Jay Gatsby à Londres et qui s’occupe de la mise en scène à Bruxelles.

Quand dans leur présentation, ils écrivent : « Bienvenue dans ce voyage dans les folles années vingt! Dans notre bar clandestin, situé dans un endroit gardé secret à Bruxelles, vous vivrez votre propre histoire. Accompagné par les acteurs, vous partirez à l’aventure dans les différences pièces de la maison de Jay Gatsby », ils ne mentent pas du tout. Dès l’entrée, les acteurs vous accueillent en mode on va passer la soirée ensemble. Ce que nous avons réellement fait : passer la soirée ensemble. De bout en bout.

Jay Gatsby

Miss Daisy, interprétée par Zoé Lejeune.

Jusque là, j’imaginais une pièce qui se jouerait au milieu du public avec certaines interactions avec celui-ci. Un peu comme c’est le cas pour le stand-up. J’étais très loin du compte. Mais je ne le savais pas encore au moment de boire un premier gin… Ni après le deuxième d’ailleurs. Tout à commencé avec une belle nana, merveilleuse ambassadrice de ces années 20, dans sa magnifique robe . Mais à peine ai-je eu le temps de me dire qu’elle était trop maquillée pour être une quidam qu’elle sonnait les trois coups. Miss Daisy nous embarquait dans la maison de Jay Gatsby pour une grande soirée qui s’annonçait inoubliable.

« Jazz torride, boissons illégales, rencontres intimes, rendez-vous cachés et baisers volés feront partie de ce show extraordinaire. » Le programme de la soirée était plus qu’alléchant. Au final, on a dansé – enfin surtout les autres ; on a bu des chouettes gins – mais rien d’illégal malheureusement ; il y a eu des rendez-vous totalement déments. Et gros gros regret : pas de baisers volés :-)

Ce que je n’avais pas prévu et que j’ai adoré, c’est le fait qu’on ne vivrait pas tous la même expérience. La maison de Jay Gatsby regorge de pièces où les spectateurs sont amenés par petits groupes. La mise en scène est époustouflante. Je ne savais pas où donner de la tête. La pièce est découpée en de multiples moments, as usual, mais c’est sans compter les apartés, déplacements, chuchottements, messes basses, éclats de rire… En fait, The Great Gatsby immersive, c’est une pièce de théâtre qui se vit comme une soirée, comme une fête. On n’est pas tout le temps en même temps et on se raconte se qu’on a vécu sans l’autre.

Jay Gatsby, c’est presque un pote maintenant

Mon expérience a été dingue. Après avoir été emmené dans le bureau de Jay Gatsby avec mes camarades de soirée, j’ai profité du fait que je suis assez bon en calcul mental pour me faire embarquer par le maître des lieux dans une alcôve. Là, après une confidence toute personnelle, il m’a confié une mission à accomplir auprès de Miss Daisy, devant tout le monde. Tâche que j’ai accompli, quelque peu poussé par ma géniale petite bande. Il me manquait peut-être un gin pour me lancer franchement auprès de la dame. L’effet, lui, était bien là mais pas de spoiler…

Alors que certains me jalousaient d’avoir eu ce moment seul avec Michele de Luca, ce magnifique Gatsby, ils n’étaient pas au bout de leur peine puisque j’ai eu droit à un autre colloque singulier. Beaucoup plus fort que le premier : Un face à face dans la chambre de Jay, moment d’une émotion intense. L’intimité était telle que j’ai dû me faire violence pour ne pas le prendre dans mes bras tant j’avais envie de le consoler.

Jay Gatsby

Jay Gatsby, interprété par Michele de Luca.

J’ai adoré cette pièce où chaque détail a son importance de la première à la dernière seconde. La mise en scène est impressionnante. Au-delà de l’acting, il y a le chant, la danse mais aussi l’impro. « On ne sait jamais ce qu’il va se passer, comment vont réagir les gens, expliquait Virginie Goossens, la merveilleuse Jordan Baker, après le spectale. Chaque soir, c’est différent. »

Un spectacle pour aventuriers

Alors que j’écris ce billet, j’en parle déjà autour de moi. Mon enthousiasme est plus que palpable mais tout le monde n’est pas du même avis que moi. Certains trouvent que c’est par trop bordélique. D’autres qu’on n’arrive pas à suivre. On dira aussi que c’est fort bruyant et qu’on n’entend pas toujours les comédiens – souvent à cause du public. Tout cela est vrai et n’en rend, à mes yeux, l’oeuvre que plus belle.

Si vous aimez le théâtre, l’aventure, les surprises, je ne peux que vous conseiller de vous laissez embarquer par cette troupe d’excellents comédiens, par ailleurs très sympathiques. Laissez-vous emporter, interagissez avec eux, partagez avec eux l’incroyable énergie de la salle. Moi qui n’aime pas subir, devoir écouter et rester assis, j’ai trouvé là une expression théâtrale faite pour moi.

Le hic de l’histoire : la place est à 59 euros, hors boissons et hors costume si vous voulez la jouer à fond. Si je pense que le spectacle les vaut tout à fait, on n’a pas vraiment l’habitude en Belgique de dépenser de telles sommes pour du spectacle. Cela pourrait être un frein. Moi je le vois comme un beau cadeau à faire.

Si je devais y retourner – d’ici fin mai -, ce que je ferais avec plaisir pour découvrir une autre partie du spectacle, j’irais le voir joué en anglais. En espérant repartir avec la même envie de faire la fête toute la nuit avec Jay Gatsby.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.