La langue bien pendue, délicieux podcast

La Langue bien pendueLa langue bien pendue, un podcast que je l’kiffe. Avis à tous les amoureux de la langue, qu’ils aiment rouler des pelles ou rouler les R. Avis à ceux qui apprécient Ionesco et/ou Big & Oli, Booba et/ou Bukowski… Mais surtout avis aux grammar nazis, aux scrogneugneux incapables de lire un texte car « il y avait deux fautes d’orthographe dans le premier paragraphe », à tous ceux prêts à mourir pour des règles édictées par de vieux hommes blancs en des temps passés, aux profs qui trouvent que je défends par trop mes étudiants coupables – pour certains – de délaisser les mots de leurs parents et grands-parents…

Avis à vous tous, en gros : voilà un podcast dont vous allez vous délecter. La Langue bien pendue est un petit bijou d’intelligence, d’humour et de douce effronterie. Qui se présente de très belle manière : « Le podcast mensuel espiègle et décalé pour tous les amoureux de la langue française ».

Et que dire de leur choix d’invités. À ce jour deux petits podcasts à se mettre sous la dent. Le premier avec Stéphane De Freitas, un mec formidable dont la définition de l’éloquence surprendra les plus éloquents d’entre-vous. Je ne le connaissais ni d’Eve ni d’Adam. Cela va vite changer car son interview m’a laissé un goût plus qu’agréable en bouche. Écouter le podcast avec Stéphane De Freitas.

La langue bien pendue, sans garrot

La deuxième invitée est Aurore Vincenti, linguiste, lexicologue et autrice. Autrice d’un recueil duquel je suis tombé sous le charme : Les mots du bitume. À un point tel que j’ai, début de cette année 2019, décidé de propager certaines de ces définitions jour après jour, en compagnie de collègues issues d’autres dictionnaires. De Rabelais, à McFly & Carlito, en passant par Vincenti, la langue française est un magnifique terrain de jeu. J’essaie, humblement, d’y jouer avec mon #UnMotParJour, lancé début 2019, dont je parle ici.

Cette richesse de la langue française, Aurore Vincenti en parle magistralement dans La Langue bien pendue. Elle eu put être une grammar nazi mais elle est plutôt une enthousiaste de la transgression qui adore l’orthographe. Tout comme le fait Stéphane De Freitas dans le premier épisode, elle nous invite à ne pas avoir de carcan quand on aborde la langue française. Son intervention est une ode au plaisir des mots. Enfin, comme l’est ce podcast. Écouter le podcast avec Aurore Vincenti.

Vous l’aurez compris, je n’aime pas La Langue bien pendue, je l’adooore, pour paraphraser Anton Ego quand il parle de la cuisine dans Ratatouille. Je profite de ce téléscopage de la langue et de la bouche pour laisser les derniers mots à la jeune autrice : « Dans tout ce qui est plaisir de la langue, c’est un plaisir oral, c’est un plaisir de la bouche, c’est un plaisir de l’oreille, c’est un plaisir sensuel, c’est un plaisir gourmand. Donc on ne peut parler gourmandise et sensualité, à savoir gastronomie et sexe, sans parler de langage. Et on ne peut pas parler de langage sans parler sexe et gastronomie. » Ce qui pourrait être une magnifique nouvelle nouvelle description pour ce podcast.

Allez ! Vite ! La suite !

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.