Le Kings of Comedy Club passe aux mains des artistes

Kings of Comedy Club« Faites un tonnerre d’applaudissements pour celui que vous attendez tous : Guillermooo GUizzzz » Il est 20h15, un lundi soir à Bruxelles, le Kings of Comedy Club est plein comme un oeuf. Bilal, le légendaire chauffeur de salle – et sa blague sur la bifle -, ont préparé le terrain à celui qui est devenu une des stars montantes de la scène humoristique française : Guillermo Guiz. Chaque lundi, depuis septembre, celui qui officie sur France Inter depuis plus de deux ans et qui écume toutes les plus grandes salles de France de Rodez à Plougastel, après être passé par le Point Virgule et en attendant le Bataclan fin décembre, revient présenter une carte blanche à Bruxelles. Chaque lundi.

Comment se fait-il que Guillermo Guiz, qui est de plus en plus demandé outre-Quiévrain, prenne tous ses lundis pour venir au Kings of Comedy Club ? C’est la question que je me suis posée lorsque je suis allé à la première de la Carte de blanche de Guillermo Guiz en septembre dernier. « C’est parce qu’il a racheté des parts du Kings avec Alex Vizorek », m’a-t-on répondu très simplement. WoW, me suis-je dit. « Avec Alex Vizorek ». L’autre Belge qui fait des ravages à France Inter, sur CanalPlus et dans de nombreuses salles de spectacle.

Le Kings of Comedy Club repris par Guillermo Guiz et Alex Vizorek

Dans les faits, Guillermo Guiz et Alex Vizorek se sont associés à Cédric Vantroyen, gérant du Kings of Comedy Club depuis son ouverture en 2012, et à Jim Pinheiro, propriétaire de plusìeurs établissements dont le Kings ou le El Café, tous deux situés au Cimetière d’Ixelles, à Bruxelles. Dans le courant du mois de septembre, ils ont repris les parts du fondateur Gilles Morin.

« Il est normal que ce lieu revienne dans les mains des artistes », m’explique ce dernier quand je lui demande si quitter le Kings of Comedy Club est une forme d’abandon. « Et ce n’est nullement un abandon, insiste-t-il. Je pars le coeur léger avec le sentiment d’avoir accompli une mission (Il en parle très bien dans ce podcast datant de 2015). Quand j’ai commencé à travailler dans l’humour, il y a 10 ans, après avoir bossé 10 ans chez Franco Dragone, il n’y avait aucun lieu à destination des humoristes en Belgique. J’ai débuté avec la boîte de production Kings of Comedy, puis avec le club en 2012 (avec Jim Pinheiro). Je laisse maintenant un beau bébé, qui doit faire son adolescence. Et qui de mieux pour accompagner cette période que Guillermo Guiz – qui a fait ses premiers pas ici – et Alex Vizorek, pour le moment ce qu’on a de mieux en Belgique. »

Il va y avoir du lourd

Si pour l’instant, on ne voit pas encore de gros changements – hormis la disparition de la restauration -, le Kings of Comedy Club va prendre un nouveau tournant dans les prochains mois. Et la carte de blanche hebdomadaire de celui qui s’appelle Guy Verstraeten à la ville est un bel aperçu de ce qui va suivre. En gros, chaque lundi, Guillermo Guiz officie en maître de cérémonie. Un virtuose qui jongle entre le rodage de son propre prochain spectacle et un hôte pour humoristes qui montent mais aussi – et surtout – pour des personnalités confirmées. « Il va y avoir du lourd dans les prochains mois »

Kings Of Comedy Club« C’est complet jusque fin décembre. Et oui, c’est vraiment que les gens n’ont rien à foutre un lundi soir » Chaque semaine, les 65 places – enfin 80 quand on pousse un peu – du Kings sont occupées par des gens venus voir Guillermo Guiz. Et deux, trois, quatre… artistes mais sans savoir lesquels. Ce lundi, on avait les Belges André Demarteau et Laurence Bibot, accompagnés des Québecois Stéphane Poirier et Sugar Sammy (à gauche sur la photo) – gros gros nom du stand up au Canada, en France et aux USA. Un tueur, j’ai A-D-O-R-É sa prestation.

« C’est clairement l’esprit que nous voulons insuffler au Kings, m’expliquera après le spectacle un Guiz, visiblement heureux, attablé avec ses potes et amis. Nous voulons que les gens nous fassent confiance, qu’ils viennent au club pour voir des artistes confirmés comme Sammy mais aussi pour d’autres moins connus mais que nous allons les inviter à voir grandir avec nous. »

« Allez viens, on le fait »

Mais comment diable – et pourquoi -, Guillermo Guiz, qui me semblait de plus en plus devenir Parisien, en est-il arrivé à jouer le rassembleur d’artistes à Bruxelles ? « J’avais entendu qu’il allait y avoir du mouvement dans l’actionnariat il y quelque temps, m’explique celui qui a aussi, dans une autre vie, été journaliste économique chez Trends-Tendances. J’ai commencé là. J’aime beaucoup l’endroit. J’avais un peu d’argent devant moi. Enfin je pensais – satanés impôts. Puis Alex m’a appelé cet été. Il m’a dit : ‘Allez viens, on le fait’. Je n’ai jamais investi dans quoique ce soit. Je n’ai rien à moi. Alors, j’ai sauté dans l’aventure. » Et de préciser : « Je vais à Paris quand j’ai besoin d’y être. Je suis bien à Bruxelles et je n’ai aucune envie de m’exiler en France. »

L’inspiration de la bande, c’est le Paname Café à Paris. « Il faut un véritable turnover dans la salle, il faut qu’on joue tout le temps. Ce qui implique d’ouvrir de nouveaux créneaux », s’enthousiasme Guillermo Guiz. « En pratique, précise son associé Cédric Vantroyen. On aura un spectacle avec un artiste en devenir à 18h. Qui gérera le créneau 18-19h, avec un paiement qui pourrait se faire au chapeau. Puis à 20h et 22h, il y aura les spectacles actuels, mais joué deux fois. On doit absolument multiplier les créneaux, entre autres pour couvrir la perte de chiffre d’affaire suite à l’arrêt de la cuisine. »

En faire un passage obligé

Ce qui va changer, avec Alex Vizorek et Guillermo Guiz, ce sont les noms qui seront à l’affiche. « C’est clair qu’ils ont des accès différents de ce qu’on avait avant, poursuit Cédric Vantroyen. Avant je parlais aux productions, ce qui est plus compliqué. Avec eux deux comme ambassadeurs et à la programmation, on aura beaucoup plus d’artistes renommés au Kings. Comme Guy le disait plus tôt, il va vraiment y avoir du lourd en plus des artistes locaux auxquels nous tenons beaucoup. »

Au même moment, Guillermo invitait les deux Québecois à venir jouer quand ils le voulaient dans ce qui est maintenant sa salle « Si tu veux tester des trucs Sammy, tu es le bienvenu. » Ce dernier, habitué à des très grandes salles : « Je reviendrai, j’adore jouer dans des petits endroits, c’est génial. On est obligé chaque fois de reconquérir le public. On repart de zéro. » CQFD.

Si ce dernier était ce lundi au Kings of Comedy Club, sans être annoncé, c’est parce qu’il avait une date à Liège et une autre ce mercredi 24 octobre au Centre culturel d’Auderghem. « Comme au Paname, j’aime quand les gens ne sont pas toujours annoncés, ajoute Guillermo. Par rapport à Paris, c’est plus compliqué mais nous allons essayer de profiter de leurs passages à Bruxelles pour qu’ils viennent d’office chez nous. » « Oui, l’objectif est clairement que le Kings of Comedy Club devienne un endroit de passage obligé pour tous les humoristes qui viennent en Belgique », conclut Cédric Vantroyen, avec un grand sourire.

En attendant d’en arriver là, le créneau de 18h devrait ouvrir à partir de novembre. La programmation made in Guiz et Vizorek sera effective à partir de janvier. « Et, même s’il sera moins présent que Guillermo, Alex va enfin jouer son spectacle au Kings. Ce qu’il n’a jamais fait, hormis lors d’une soirée privée… »

Pin It

2 thoughts on “Le Kings of Comedy Club passe aux mains des artistes

    • Bonjour/Bonsoir Magali,

      Il vaut vraiment mieux réserver. Pour Guiz, il n’y a plus de place avant janvier. Il faut réserver.

      Mais à partir du mois prochain, le créneau 18-19 devrait être plus accessible avec des artistes en devenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.