Sylvester Stallone : le cancer, c’était pas ma guerre

« Toi, moi, n’importe qui, personne ne frappe aussi fort que la vie. C’est pas d’être un bon cogneur qui compte, l’important c’est de se faire cogner et d’aller quand même de l’avant. C’est de pouvoir encaisser sans jamais flancher. C’est comme ça qu’on gagne. » Ces paroles sont celles de Rocky Balboa, un des plus célèbres rôles de Sylvester Stallone, acteur majeur des films d’actions des années 80 et 90. Lundi matin pourtant, sur les Internets, il semblait que la vie – ou plutôt la mort – ait gagné le dernier combat contre celui qui a survécu à tant de morts certaines.

Ecouter ce texte sur RTBF Auvio.

Cette mauvaise nouvelle, c’est Régine Dubois qui me l’a annoncée. John Rambo avait perdu sa dernière guerre à 71 ans. Alors évidemment, je suis allé voir sur Internet, sur Twitter plus précisemment, j’ai entré le nom de celui qu’aucune balle, aucun hélicoptère, ni aucune armée ne pouvait venir à bout. Ce mec-là serait mort d’un cancer de la prostate. Un cancer de la prostate ? Vous imaginez ? Alors qu’il a survécu à des chutes de 80 mètres, à des missiles…

Sur Twitter, les Sylvester Stallone RIP se suivaient les uns après les autres. Et ce dans toutes les langues.

Sylvester Stallone répond sur Instagram

Heureusement, il était assez facile de prouver qu’il était en vie. Internet l’a cogné mais Sly n’a pas flanché. « Colonel, le cancer de la prostate, c’était pas ma guerre », aurait même dit Sylvester Stallone. Enfin, il aurait pu.

Sly a rapidement réagit via son compte Instagram pour confirmer qu’il était bien vivant : « Please ignore this stupidity… Alive and well and happy and healthy.. Still punching ! » Comme à Simon Phoenix, dans Demolition Man qui disait « Ca fait 40 ans que je rêve de te tuer ! » John Spartan a répondu aux trolls : « Ah ouais, ben continue de rêver ! »

Please ignore this stupidity… Alive and well and happy and healthy… Still punching!

Une publication partagée par Sly Stallone (@officialslystallone) le

La prudence devient un réflexe pour certains

Si la rumeur a beaucoup tourné dans le monde entier, on dirait bien que les médias commencent à avoir compris la leçon de toutes ces morts factices à répétition. La prudence semble maintenant de mise. Et c’est tant mieux. D’ailleurs, les médias ne sont pas les seuls à se méfier : parmi les centaines de tweets que j’ai vu passer, nombreux étaient ceux qui se posaient la question de la véracité de l’info.

Je termine par un petit clin d’oeil à l’un de mes étudiants qui, lorsqu’il a trouvé sur mon profil Twitter, la confirmation que Sylvester Stallone était bien vivant a eu cette réaction.

Il faut toujours douter Jordan. Continue.

Ce dont on a parlé sur les réseaux sociaux cette semaine

Cette semaine, Vladimir Poutine, Bashar Al Assad, Gial, les tatouages des policiers ou encore une mobilisation pour un réfugié afghan reçoivent un prix des mains de Christophe Grandjean dans ses Trophées de l’info. Pour ma part, je reviens sur le Plan B de Christine Angot et sur la condamnation à vie de trois journalistes par la justice turque.

Le Plan B de Christine Angot

Presque comme chaque semaine, la chroniqueuse de l’émission de Laurent Ruquier On n’est pas couché, Christine Angot, est au centre d’une nouvelle polémique. Samedi dernier, elle disait au slammeur Grand Corps Malade que « Être artiste était toujours le résultat d’un échec, c’est toujours un plan B ». Depuis la polémique ne désemplit pas. C’est la déferlante de réactions est incessante, avec certaines très virulentes. Trop virulentes. Peut-être que cette intellectuelle n’est pas faite pour le temps télévisuel où tu es court, sorti de son contexte. Alors que son propos aurait peut-être besoin d’être mieux étayé. « Et bien, je ne suis pas d’accord, m’a rétorqué Christophe Grandjean. Pour moi, il ne faut pas être bien intelligent pour dire ce genre de bêtises. »

La Turquie emprisonne toujours plus de journalistes

La justice turque a condamné, ce mercredi 21 février 2018, à la prison à vie trois journalistes très connus dans leur pays, pour leur « implication » dans la tentative de coup d’Etat de 2016. Je mets le mot implication entre guillemets car, au-delà de la dureté de la peine, il faut retenir qu’ils sont accusés d’avoir envoyé des « messages subliminaux » lors d’une émission restransmise en direct. La veille du coup d’Etat manqué. « Un jour noir pour la liberté de la presse en Turquie » regrette Reporters sans frontières. Il faut rappeler par ailleurs que le pays d’Erdogan est la plus grande prison de journalistes du monde. (Pour ma part,e je continue à envoyer des courriers à Hatice Duman)

La Semaine Viva

Retrouvez la Semaine Viva chaque samedi sur Vivacité, entre 13h et 14h. Les objectifs de la Semaine Viva sont de prendre le temps d’expliquer, de décrypter les dossiers compliqués, de revenir sur une information qui est passée un peu inaperçue, ou encore de retrouver les acteurs qui ont fait l’actualité de la semaine écoulée. Pour ma part, je traque les pièges d’Internet (fakenews et autres supercheries du net) et je pointe quelques thèmes dont on a parlé sur les réseaux sociaux.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *