Pour les Islandaises à 4.500€/mois, il faudra repasser

Les Islandaises seraient-elles le nouvel eldorado ? Et oui, devenir riche en vous mariant, c’est possible quand cela correspond à une politique de natalité… Oui, l’Islande vous propose à vous, homme célibataire, 4.500 euros par mois pour épouser une de ses ressortissantes. Vous avez bien lu QUATRE MILLE CINQ CENTS EUROS par mois !!! Ecoutez ma chronique à la minute 13’28 ».

Islandaises

Dans les très nombreux articles qui traitent du sujet sur les Internets, on apprend que l’Islande cherche à caser ses filles célibataires pour relancer une démographie en berne. Il manquerait tellement d’enfants dans ce petit pays du Nord de l’Europe que le gouvernement serait donc prêt à payer les hommes qui voudraient bien se marier avec des Islandaises. Alors qui est partant ?

Mais qui peut croire ça ?

Qui, je ne sais pas mais l’info a fait le tour du monde, dans toutes les langues. Pour ma part, je l’ai vu passer cette semaine encore mais ce qui m’a décidé de faire cette chronique sur Vivacité, c’est le fait que quelqu’un m’ait raconté cette histoire en pensant qu’elle était vraie… Visiblement, nombreux sont les chevaliers servants, prêts à donner de leur personne pour aider les Islandaises en détresse, qui se sont renseignés sur la véracité de cette fausse information. J’imagine qu’ils devaient la penser plausible.

D’après mes recherches, dans nos contrées francophones, c’est au printemps 2017 que les premiers volontaires se sont demandés comment ils devaient si prendre pour convoler en juste noce. Mais sur la toile anglophone, cette fakenews avait déjà fait son petit bonhomme de chemin près d’un an auparavant. Il semblerait que cela date de juin 2016 : un nombre incalculable d’Islandaises a reçu des demandes d’ajout sur Facebook, à un niveau tel que c’en était devenu du spam.

Plus d’Islandaises que d’Islandais

Le gouvernement islandais s’est même fendu d’un communiqué pour démentir la rumeur. Pour vider complètement la fakenews de sa consitance, la presse locale a démontré, chiffres à l’appui, que le postulat de départ de cette fausse information est lui aussi faux : il y a plus d’hommes que de femmes en Islande…

Ce dont on a parlé sur les réseaux sociaux cette semaine

La sacré aventure d’Elisabeth Revol

Cette Française de 37 ans est revenue vivante de sa dantesque conquête du neuvième sommet du monde, le Nanga Parbat (8.126 mètres), qui se trouve en Himalaya. Malheureusement, son compagnon de cordée, le Polonais Tomasz Mackiewiecz, lui, n’est pas rentré vivant. C’est la troisième fois qu’ils essayaient d’affronter ensemble cette montagne dite tueuse, située au Pakistan, sans oxygène ni sherpa.

Ils ont enfin atteint leur but mais le Polonais a eu des problèmes de santé. Une opération de secours a été lancée. Un hélicoptère devait venir chercher la Française avant de récupérer Tomasz Mackiewiecz. Ils se sont donc séparés. Mais les secours ne sont pas venus. Elle s’est retrouvée seule sans duvet, sans rien – elle avait tout laissé – à attendre dans le froid, jusqu’à avoir des hallucinations. Elle imagine que des personnes viennent lui porter « du thé chaud ». « Une dame m’a demandé : “Est-ce que je peux prendre ta chaussure ?” A ce moment-là, machinalement, je me lève, j’enlève ma chaussure et je lui donne. Le matin, je me suis réveillée, j’avais simplement ma chaussette », peut-on lire dans Le Monde. Elle est restée cinq heures le pied à l’air : c’est la gelure.

Bilan : Tomasz Mackiewiecz n’a pas survécu. Elisabeth Revol se fait soigner pour de graves gelures aux mains et au pied gauche.

Ce jeudi 1 février a débuté la Tournée minérale

La Tournée minérale a bien fait parler d’elle sur les réseaux sociaux, un peu trop d’ailleurs, selon certains. Le principe est simple : l’opération invite les participants à ne pas boire d’alcool en ce mois de février. C’est une initiative de la Fondation contre le cancer dont l’objectif est d’inviter les personnes qui prennent part à la Tournée minérale à réfléchir sur leur consommation d’alcool.

Cela se fait déjà depuis plusieurs années en Angleterre depuis que le ministère de la Santé a lancé le Dry January, comme une politique de lutte contre l’alcoolisme. Ce n’est pas une mauvaise idée de reprendre cette initiative en Belgique : selon une étude de l’OCDE, les Belges sont les deuxièmes plus gros consommateurs d’alcool d’Europe… après les Lituaniens.

La Semaine Viva

Retrouvez la Semaine Viva chaque samedi sur Vivacité, entre 13h et 14h. Les objectifs de la Semaine Viva sont de prendre le temps d’expliquer, de décrypter les dossiers compliqués, de revenir sur une information qui est passée un peu inaperçue, ou encore de retrouver les acteurs qui ont fait l’actualité de la semaine écoulée. Pour ma part, je traque les pièges d’Internet (fakenews et autres supercheries du net) et je pointe quelques thèmes dont on a parlé sur les réseaux sociaux.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.