Facebook & Internet : rentrée de tous les dangers #oupas

En cette semaine de rentrée scolaire, les marronniers sont légions. Les télés filment la famille Trucmuche occupée de préparer la rentrée de Lucas. Les Machins se plaignent que Capucine n’ait pas encore trouvé son école. Là-bas, il n’y a pas assez de profs. Ailleurs, on rouvre une école fermée jadis. Les uns s’extasient sur leur progéniture qui rentre dans un bâtiment. Les autres, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur Canal +, comme l’a fait Myriam Leroy dans une chronique, vilipendent les premiers. As usual for many years.

Internet C le MALIl est cependant un marronnier d’un genre nouveau. Pas tout nouveau nouveau mais un qui date seulement de deux, trois voire quatre rentrées : celui du danger que représente Internet pour les enfants. INTERNET C MAL. C DANGEREUX. C CACA BOUDIN.

Malheureusement, des sujets du type A quand des cours d’éducation aux médias et aux outils technologiques ?, n’entrent pas dans cette forêt de reportages aux intitulés à consonance négative. Hélas.


Pour ne prendre que quelques exemples, ce lundi, en Belgique, RTL nous montrait dans un reportage une école de Quaregnon qui a adopté un nouveau règlement d’ordre intérieur pour lutter contre les injures, les brimades et l’utilisation inappropriée de photos d’autrui sur les réseaux sociaux. Toujours lundi dans l’émission hebdomadaire A vos posts, sur Vivacité, on revenait aussi sur le dossier (Ecouter le podcast).

Du côté français, ce midi, dans La Nouvelle Edition, on a eu droit à un reportage au titre évocateur Réseaux sociaux, faut-il les interdire aux ados ? Brrr, ça fait froid dans le dos. On nous ressort la malheureuse histoire de quatre adolescents qui sont sont suicidés suite à du harcèlement sur Ask.com.

Si je ne suis évidemment ni pour les insultes sur Internet ni pour les brimades et encore moins pour les suicides d’adolescents, je m’insurge sur cette diabolisation faites par les médias. Diabolisation car souvent, beaucoup trop souvent, le point d’accroche pour les sujets à propos d’Internet est un truc horrible, négatif, dangereux… Même si, je dois bien l’avouer, dans ces cas-ci, au final, tant sur Vivacité, par la voix de Patrick Charlier, du Centre de l’égalité des chances, que sur Canal+, par celle de Colombe Pringle, on rappelle – à juste titre – qu’Internet ne fait que perpétuer des comportements que les enfants et les adolescents ont depuis toujours et que, ce faisant, on atténue la portée du catastrophisme initial. Toujours est-il qu’à chaque fois, on trouve des politiques, des profs, des parents, des associations pour dire qu’Internet c’est dangereux et qu’il faut en limiter l’accès voire l’interdire.

Pour moi, on ne s’attaque pas au problème par le bon bout. Comme je l’ai déjà écrit ici ou , notre société manque cruellement d’éducation aux médias. Au lieu de vouloir interdire l’utilisation de l’outil Internet, ces politiques, profs, parents et autres associations devraient hurler à cor et à cri pour l’instauration immédiate de cours d’initiation aux médias et, pourquoi pas, à l’utilisation des outils technologiques. Comme on apprend aux enfants à lire, écrire, faire du sport, on doit leur apprendre à utiliser Internet et tous les outils qui l’accompagnent. Qui peut croire qu’on peut faire l’économie d’un tel enseignement ? Fort heureusement, il y a des écoles ou des associations qui agissent d’elles mêmes pour pallier au manquement de nos élus. Mais ils sont loin de couvrir l’ensemble des écoles.

J’insiste. On n’interdit pas à un bébé de se laver, on le lave et lui montre comment il doit s’y prendre. Les premières années de sa vie, on l’accompagne. Pour le laisser prendre son bain sans surveillance à partir de 4, 5 ans… Internet est, comme l’eau mais aussi le feu, l’électricité, la voiture ou que sais-je encore, quelque chose qui peut être dangereux pour l’enfant. Mais comme pour les autres cas, on doit apprendre à maîtriser les dangers potentiels pour que l’enfant puisse profiter au maximum de tous les avantages indéniables tant de l’eau, du feu, de l’électricité que de l’Internet.

Un jour, on m’interpellera peut-être moins pour me dire : “T’as vu ce truc horrible qui est arrivé à cette meuf à cause de son compte Facebook” mais on me racontera plutôt des expériences positives survenues suite à une chouette rencontre sur les réseaux. D’ici là, Marie-Martine Schyns ou Vincent Peillon, je compte sur vous pour instaurer des cours d’éducation aux médias pour responsabiliser les citoyens de demain. Comme cela, je ne devrais plus ressortir le marronnier de l’indignation aux sujets sur les réseaux sociaux…

Pin It

3 thoughts on “Facebook & Internet : rentrée de tous les dangers #oupas

  1. Pingback: Facebook & Internet : rentrée de tou...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *