Journée du clic national

Comme prévu la Journée de deuil national décrétée par le gouvernement belge n’est en fait qu’une course au clic effrénée, une course à l’audimat et aux ventes de journaux. Je ne sais pas si c’est un bien ou un mal. Mais ce n’est en rien neuf.

Au-delà de la tristesse indicible des parents des enfants décédés à Sierre, en Suisse, il y a des réalités. Il serait illusoire de penser que ce genre d’événement dramatique soit, ne fut-ce qu’une seconde, regretté par les médias. Et c’est quelque part normal. Aussi cruel que cela puisse paraître, cela fait partie de la vie des journaux, télévisions, radios…

Mais il faut bien se dire que cela n’a rien de neuf, les questions qu’on pose maintenant sont les mêmes depuis longtemps. Très longtemps. “Fallait-il montrer cela ?” “Comment osent-ils harceler la famille ?” “Ils n’ont aucune pudeur, comment peuvent-il écrire cela ?” etc. A chaque fois, on va un peu plus loin, c’est tout. Je pense que la seule différence avec “avant” (vous savez quand c’était mieux), c’est juste que maintenant, nous sommes beaucoup plus connectés. Et peut-être aussi car on s’informe comme jamais on ne l’avait fait auparavant.

Avant certains lisaient un journal, écoutaient la radio le matin et regardaient le JT le soir. Il n’y avait pas Internet qui vous permettaient d’aller sur les site de TOUS les médias, ou qui vous permettait d’écouter la radio en streaming avec un casque toute la journée, ou qui vous permettait de regarder toutes les éditions spéciales de la journée… Et évidemment, il n’y avait pas Facebook ni Twitter pour vous présenter la logorrhée d’informations déversées par TOUS les médias.

Je veux donc dire par là que la couverture de ce drame n’est pas si exceptionnelle que cela. N’oublions pas ce qui se passe à chaque catastrophe : le 11 septembre, le tsunami, Fukushima, le procès Dutroux, les commémorations du 11 septembre, le massacre de Liège, les tueries comme celle qui est arrivée en Norvège… mais aussi les inondations et les tempêtes de neige.A chaque fois, c’est pareil. Et à chaque fois, on se plaint de la couverture. Mais à chaque fois les audiences explosent.

Et si les médias étaient tous dans la retenue, pas de photos, pas de détails… pour ne choquer personne. Je me demande ce qu’il se passerait. Ne parlerait-on pas de la théorie du complot ? Les autorités ne seraient-elles pas taxées de de vouloir cacher des choses ? Pareil si personne ne réagissait, ne dirait-on pas que les gens sont insensibles ?

Personnellement, depuis 2 jours, je zappe quasi toute l’information. Je n’ai pas regardé ni le JT, ni écouté la radio. Ce qui me permet de ne pas m’en plaindre. Il y a toujours eu des médias qui faisaient du sensationnalisme – Paris Match était déjà fort critiqué fin années 30. Rien n’a changé.

Mon avis est que notre société manque d’éducation aux médias. Je l’ai déjà plusieurs fois écrit sur ce blog. On devrait depuis notre petite enfance avoir un cours d’éducations aux médias. Au sens large. La presse écrite, la télévision, Internet, la publicité… devraient être expliqués aux enfants très vite pour leur apprendre à affronter le monde médiatique. Pour leur apprendre à prendre du recul, leur apprendre que certains jours il vaut mieux ne pas regarder la télévision, leur apprendre à ne pas être un audimat, leur apprendre à regarder une publicité et à en comprendre les codes…

PS : ma minute de silence : pas d’url avec des mots clés, pas de noms, pas de liens, pas de photos, pas de tags.

Pin It

6 thoughts on “Journée du clic national

  1. Je suis globalement d’accord avec Mateusz sauf sur deux points:
    – paris match n’était pas là dans les années 30
    – l’abstinence médiatique de ces 72 dernières heures me paraît exagèrée car les medias ne font pas tous la même chose et chacun peut s’y retrouver

    • Salut Jean-Jacques,

      en fait je me suis bien trompé mais pas tant sur l’année que sur le nom, je me rappelle d’un reportage où l’on faisait remarquer les Unes de “Match” quand il est passé de magazine sportif à magazine d’actualités en 1939. Avant de renaître 10 ans plus tard sous le nom de Paris-Match…

      Pas abstinence totale, mais presque… :cool:

  2. Comme toujours, plein de pertinence ce post est. Comment aurais-je pu être mis au courant de la réaction de cet ami qui assiste aux événements depuis Bangkok sans cette hyper-connexion?
    Je ne suis juste pas d’accord avec toi, @Mateusz, quand t’écris “A chaque fois, on va un peu plus loin, c’est tout”. Avant (tu sais quand c’était mieux), les médias et ces journalistes devenus des références qui dénoncent l’exageration de leurs successeurs, jeunes loups aux dents longues, filmaient et montraient bien plus. Parce qu’ils étaient moins tenus à l’écart par les autorités. Il suffit pour s’en rendre compte de revoir les images des supporters agonisant dans le stade du Heyzel ou celles des tueries du Brabant avec les corps en arrière plan de l’intw du proc du Roi de Nivelles qui se retourne pour bien montrer la malheureuse victime…

    • Arf… c’est vrai que le “avant chez moi” ne remonte pas aussi loin.

      Je ne connaissais pas du tout cette histoire dont tu parles. Mais cela prouve bien qu’il n’y a rien de neuf quand il arrive ce genre d’histoires.

  3. Je note quand même une différence avec les autres événements, c’est que le net tant décrié s’est mieux comporté que les télés et quotidiens. Je ne parle pas des portails de chaînes RBF et RTL mais les sites d’info n’ont globalement pas publié de photos indécentes, pas de micro trottoirs inutiles, pas d’émotion à tout prix. Evidemment, reste cette manie du “live”.

    Quant aux JT de la RTBF ça devient à mon sens de plus en plus scandaleux.

    • C’est vrai.

      De plus il est un truc insupportable : ce sont ces JT avec des tunnels de 15, 20… 45 minutes parfois, quand il y a des drames. Sur un seul et même sujet. Et pire, en passant souvent 2 fois les mêmes reportages dans le même JT. Ce qui est, je trouve, une aberration complète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *