To poke or not to poke

Parmi les nombreuses inventions que Facebook a apportées dans l’univers web, il en est une qui interpelle bon nombre de personnes par son inutilité – apparente ou non. Je veux parler du POKE (enfin, vous l’aviez compris puisque c’est dans le titre. Soit.)

Après quelques années d’utilisation, il est encore des gens qui m’interrogent sur l’utilité du poke. Avant même de parler d’utilité, il faut constater que certains n’ont même jamais fait un poke de leur vie, ne sachant pas ce que c’est et quel seraient ses effets.

Facebook PokeDe manière assez plate, le poke sur Facebook ne fait rien d’autre qu’envoyer un petit message sur la page Facebook du destinataire : Yann Heurtaux has poked you. Avec la possibilité de répondre : Poke back. Pas de quoi fouetter un chat. De prime abord. Car quand on creuse plus loin, le poke est à usage multiple.

Communément, il est comparable à une petite “chiquenaude” que l’on donnerait du bout du doigt sur l’épaule pour faire coucou, comme le suggère la petite main bleue du poke. Mais. Oui, il y a un mais. Quand on fouille un peu dans les traductions possibles du terme poke, on tombe sur un tas de définitions. Qui vont de “donner un petit coup” (d’où la chiquenaude) à “flanquer un coup de poing” en passant par “fourrer sexuellement”. (Quelques informations complémentaires dans le groupe Le vrai sens du poke sur Facebook).

Certains peuvent donc donner un caractère séducteur voire sexuel à leur poke. Dans le deuxième cas, je trouve que cela fait un peu homme de Néandertal. Mais tout le monde fait ce qu’il veut, après tout. Et puis, ce n’est pas pire que ces gars qui envoient des messages de drague lourdingues, au hasard, à un paquet de filles (Christelle, j’écris cette phrase en pensant aux messages que tu as reçus)

Perso, je le fais parce que cela me fait rigoler, surtout que je suis un adepte du poke war (ndlr : fait de se poker aussi souvent que possible en attendant l’abandon de son adversaire, c’est une guerre des nerfs, une guerre psychologique virtuelle) avec quelques autres zarbis du web (je ne veux pas donner d’autres noms que celui de Yann).

Mais, je m’interroge parfois sur l’utilisation du poke. D’où mon fameux débat du samedi mais qui a lieu un dimanche. Qui n’a d’ailleurs lieu que de très rares samedis. Soit. Sommes-nous les seuls, nous les warriors, à utiliser cette chiquenaude virtuelle. Y a-t-il une horde de pokeurs ? J’ai donc lancé un sondage tout simple sur Facebook pour voir ce que représentait le poke :

Sondage Poke

On peut se rendre compte que 29% des réponses sont favorables au poke. Ce à quoi il faut ajouter 22,5% de réponses Tkt ce par pour pecho. Et surtout 13% des réponses sont favorables au poke war. Ce qui donne 64,5 de réponses en faveur du poke.

A l’inverse 22,5% des réponses sont négatives : certains ni voient aucune utilité, d’autres trouve cela complètement ringard et un dernier est tout simplement contre.

Et à la marge, 6% des réponses concernent des personnes qui n’ont jamais utilisés le poke.

Que peut-on déduire d’un tel sondage ? Que deux tiers des gens sont pour le poke, d’une manière ou d’une autre. Que un bon cinquième des personnes n’y comprend rien. Et qu’il reste 6% de gens à convaincre. Je peux aussi ajouter que les poke warriors sont largement minoritaires dans l’ensemble des pokeurs.

Encore un débat de la plus haute importance qu’il ne faut pas abandonner et qui, je l’espère, vous poussera à vous poser des questions sur le poke… #oupas

Pin It

20 thoughts on “To poke or not to poke

  1. Combien de répondants ? Les sondages sur internet c’est déjà pas la vérité d’évangile mais alors les questions facebook, je ne me baserais pas là-dessus à moins d’échantillon à trois chiffres. Au bas mot.

    • Mon sondage n’a rien de sérieux mais le débat ne l’est pas non plus, donc no problemo.

      Donc 31 réponses, c’est pas beaucoup mais c’est mieux que les 9 votants du persil…

  2. Cher Mateusz,
    Le “poke” est assorti à Facebook: comment occuper Internet…
    Utilité de même niveau intellectuel que les “avatars”! (Je vais me faire tuer ici!)
    Mais, ici, cela ne me semble pas être nuisible, ce qui est déjà un bon point (ou poing) pour Facebook!
    Amitiés

  3. Mais si je ne me trompe pas (et au risque de paraître plus sérieux), il me semble que le poke possède une réelle utilité dans Facebook. En effet, si vous recevez un poke d’une personne qui vous est inconnue et que vous lui répondez d’une quelconque manière (message ou poke back), vous accordez temporairement l’autorisation à cette personne de consulter votre profil et ce, indépendamment de vos paramètres de confidentialité. Enfin, c’est ce qu’il me semble mais c’est à vérifier !

  4. En ce qui me concerne je ne poke pratiquement jamais car j’ai fait abstraction de cette zone dans ma home facebook. Il faut vraiment que je regarde par là pour me dire “oh tiens j’ai été pokée”. Peut-être que j’assimile ça à de la publicité, je ne sais pas ^^

    • Tout d’abord, je te propose la lecture de : Contre l’utilisation de la locution “plus de” dans les titres | Mateusz http://bit.ly/qmaOQX

      Je veux dire par là que je ne ne suis pas certain de bien comprendre ta question : tu en reçois plus ou moins. (Est-ce Je reçois + ou Je ne reçois plus de…) Je pense que c’est + que tu veux dire mais un doute m’habite ;-)

  5. Bah, le poke c’est une manière sympa de signifier à autrui qu’on pense à lui/elle sans forcément devoir le dire :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *