#EcumeDesJours : le temps a aussi une fin

Le 24 avril prochain sort le film dont on dit qu’il sera le film de l’année en France, à savoir L’Ecume des jours, adapté du roman de Boris Vian par Michel Gondry. Cette production franco-belge est l’un des projets Creative Wallonia lauréat de la première session 2013 de Wallimage Crossmedia. Le projet Crossmedia a été amené par Scope Pictures, société de production, et c’est Creaxial qui gère le développement du site, celui de diverses applications… Quant à moi, j’accompagne cette dernière sur le volet social media.

Site parallax scroll path par Creaxial

Ce site, que j’ai vu évoluer ces dernières semaines, me semble assez couillu à divers degrés. J’ai donc décidé d’en parler ici. J’ai posé quelques questions à Nicolas Bataille, patron de Creaxial, et, comme moi ancien Ihecsien. (Mais lui était beaucoup plus fort que moi au kicker).

Commençons par ce qui est le plus marquant dans ce site, c’est le temps. L’internaute n’a que quelques minutes pour visiter chacune des quatre sections. C’est assez rare, voire unique (?), de ne pas vouloir garder les gens sur son site, non ?

« Lorsque nous avons commencé à bosser sur ce site, on s’est dit qu’il fallait complètement le déformater pour être raccord avec le livre de Boris Vian. Comme dans son roman, nous nous sommes dit que la forme revêtait une important capitale. De plus, dans le livre, le temps est omniprésent et se réduit de plus en plus, nous avons voulu faire pareil. Le visiteur aura 5 minutes, par section. Il y a 4 sections, une pour Chloé, Colin, Chick et Nicolas, les protagonistes principaux du film. Dans la vie, tout à une fin nous dit Vian, alors, c’est pareil sur le site, tout à une fin. Est-ce unique de couper l’accès à une partie de son site après quelques minutes ? Je pense que oui. Mais Internet est très vaste :-) »

Au niveau technique aussi, vous avez fait des choix assez radicaux.

« Oui, nous avons voulu exploiter à fond toutes les technos modernes pour la conception de ce site. L’Ecumes des jours est un site en parallax scroll path, ce qui donne, selon moi, un superbe site cinemaesque avec des nombreux mouvements de caméras, des animations, du stream audio Deezer, des images haute définition, une app Facebook, l’API Twitter implémentée de diverses manières… Tout cela, évidemment, n’est accessible qu’aux nouveaux browsers et ne passe pas sur les mobiles. C’est un choix, nous avons voulu donner une expérience unique : nous invitons les visiteurs à mettre du son, à s’installer devant leur ordinateur, pour pouvoir profiter un maximum de l’expérience que nous voulons leur faire partager. »

Tu ne trouve pas que c’est-ce un peu risqué, laisser peu de temps et viser les browsers les plus modernes ?

« En effet, mais nous avons voulu prendre ce risque. Je préfère que 70% des gens voient un super site plutôt que 100% voient un site bof car optimisé pour tous les navigateurs. On essaye, à notre échelle, de tirer vers le haut. L’HTML5 et le CSS3, c’est le présent et le futur. Si on continue à rendre tous les sites compatibles Internet Explore 6, on va rester dans le passé pour longtemps. En même temps, le risque est contrôlé. Ici, on parle d’un film de Gondry adapté d’un roman de Vian, on pouvait totalement se permettre de casser certains codes. L’inverse eut d’ailleurs été décevant. Dans le cadre d’un site corporate ou e-commerce, je n’aurais évidemment pas poussé aussi loin dans l’utilisation des technos. Mais bon, je suis assez fier que les producteurs Brio Films, Scope Pictures, Wallimage et Studio Canal nous ai laissés faire ce qu’on voulait car je trouve le résultat top de chez top. »

Deux applications m’ont personnellement plu : l’app Deezer et l’app Partre.

Deezer_App_Pianocktail by Creaxial

« Nous en sommes particulièrement contents. Nous avons même reçu les félicitations de Deezer France à propos de notre Pinanocktail développé directement par mon équipe sur leur site. Le principe est simple, il faut mélanger trois composants d’un cocktail et on obtient un morceau de musique. Il y en a un différent par mélange. De quoi découvrir de nombreux morceaux de jazz. Mon préféré, c’est le whisky coca citron. Quant à l’app Jean-Sol Partre – le maître spirituel de Chick – elle permet de customiser des photos pour que les internautes puissent ressembler au maître et gagner ses merveilleuses et intrigantes lunettes. Les premiers résultats sont assez probants. Ce qui me fait plaisir, avec ces deux applications, c’est que nous ne les avons pas développées juste pour dire de les faire mais parce que cela avait un sens dans le cadre du film. »

Le site sort alors qu’il y a encore des choses dans le pipe comme une version tablette et des surprises sur le site…

« Nous n’avons pas eu beaucoup de temps et le film sort le 24 avril : il était donc temps que le site soit mis en ligne mais cela n’est en rien dramatique. Il fonctionne très bien comme cela, le reste ce sont des « nice to have ». D’ailleurs concernant le travail de ces dernières semaines, je trouve que cela a été vite vu le nombre d’acteurs autour de la table. A savoir Scope, Studio Canal, Brio Films, nous mais aussi See u in, l’agence parisienne qui gère les comptes officiels Facebook et Twitter du film. Sachant que nous gérons les comptes officieux de Jean-Sol Partre, Twitter et Facebook. Ah oui, pour ce qui est des surprises, nous annoncerons des Easter Eggs au fur et à mesure dans les semaines qui viennent. »

Il y a encore pas mal de choses à découvrir… mais il faut aller sur le site pour cela.

*DISCLAMER1* : je bosse pour la promotion de ce film et je m’amuse beaucoup.
*DISCLAMER2* : je connais Nicolas Bataille depuis près de 15 ans.

Pin It

5 thoughts on “#EcumeDesJours : le temps a aussi une fin

  1. Un film à voir, ou pas, il n’y aura pas de juste milieu, un peu comme ce temps limité du vue ? étonnant quand on sait que sur internet, ce qui compte c’est la durée par page visité.
    Cordialement

    • Mais dans le cas du cinéma, le but n’est pas la durée de la page visitée mais bien que les gens aillent voir le film… On espère que l’expérience qu’ils vont vivre sur le site va les inciter à aller le voir. Ce en plus de toute la promo préexistante.

  2. Au risque de passer pour le chieur de service, je suis un peu étonné de voir qu’on l’en essaye de faire un site pour lequel « nous avons voulu exploiter à fond toutes les technos modernes » et qu’on parle après :
    – de parallax qu’on a vu et revu depuis des années, ce qui n’en fait pas vraiment une innovation
    – de HTML5 mais que le site a des temps de chargement digne de flash, je me dis qu’on n’a pas vraiment exploité ces technos si à fond que ça. Là on dirait juste qu’on a fait du flash en HTML5, perdant de ce fait les avantages du HTML5.
    – de HTML5 et de compatibilité avec les browsers modernes uniquement, je le comprends tout à fait. Mais que ce ne soit pas compatible avec les terminaux mobiles c’est qu’on a pas réussi techniquement à tirer parti de ces technologie. – de l’argument un peu bateau du tant pis pour iE6, on veut être super moderne mais on oublie le trafic mobile qui est … le plus moderne de tous, bizarre. J’aurais préféré une réponse qui me parait plus honnête : pour la réal qu’on a voulu mettre en place ça ne marchait pas sur mobile. Si on veut être super moderne on fait un site full HTML5 en responsive design et là j’aurais applaudit des 2 mains. Dans tous les cas pour moi, dire qu’on veut être le plus moderne possible et devoir créer une autre version du site pour le mobile c’est antinomique.

    Concernant le temps de visite, c’est un joli outil de promotion, une façon de faire parler du site en lien avec l’oeuvre défendue, c’est plutôt bien pensé et « techniquement » ça ne porte pas vraiment à conséquence : qui passe plus de 20 minutes sur un site promo pour un film ?

    Sinon en dehors de ce que j’ai dit plus haut, c’est une réal soignée avec plein de bonnes idées dans la présentation, un très joli site. Je me dis que techniquement ils auraient pu aller plus loin, surtout si leur argumentaire est celui que je lis ici.

  3. Pas mal de trucs à dire mais Jim en a déjà fait un bon résumé.

    La première impression que j’ai eu en allant sur le site c’est de revenir 5 ans en arrière, sur un vieux site en Flash. Je suis partagé par rapport au fait d’utiliser des technologies « modernes » pour finalement arriver aux mêmes dérives que Flash (lire ici http://www.vinch.be/blog/2011/07/27/ultranoir-va-t-il-trop-loin/). Et pire encore, j’ai l’impression qu’on régresse, car Flash fonctionnait au moins sur tous les navigateurs !

    Pour le fun, j’ai testé le site avec la toute dernière version d’Opera et on m’a dit que mon browser était trop vieux. Le site aurait très bien pu fonctionner sur ce navigateur pourtant. C’est le problème quand on fait de la détection de browsers et non pas de la détection de features via des outils comme Modernizr. Quand je lis « Je préfère que 70% des gens voient un super site plutôt que 100% voient un site bof car optimisé pour tous les navigateurs. », ça me fait bondir. Il est tout à fait possible d’avoir une expérience top pour 70% des gens et une expérience peut-être moins bien mais au moins fonctionnelle pour les 30% restant (c’est ce qu’on appelle la « dégradation gracieuse »). Le fait que le site ne fonctionne pas sur mobile, par choix, est évidemment très discutable.

    Au niveau technique, pas grand chose à dire, ce n’est pas facile à faire et ça fonctionne bien. Par contre, j’ai l’impression qu’on est un peu dans la surenchère (animations, Deezer, Twitter, Facebook) et qu’on a voulu tout mettre dedans, un peu comme si c’était le site vitrine ultime pour les mecs qui l’ont créé. Si ce site avait été un travail de fin d’étude d’un étudiant, je lui aurais assigné la grande distinction car il prouve une excellente maitrise de tous les outils mais malheureusement, dans ce cas, c’est le monde réel dans lequel 100% des gens doivent pouvoir avoir accès au site, quel que soit le browser ou le device.

    Au niveau design, c’est pas trop mon truc, je trouve ça ultra surchargé, je préfère la simplicité et le minimalisme mais c’est très subjectif bien-sûr.

    La limite de temps ne me dérange pas vraiment car je ne reste en général jamais longtemps sur les sites promotionnels.

    Mais la grande question au final est : est-ce que le site me donne envie d’aller voir le film ? Ma réponse : NON. Mais aucun site, aussi génial soit-il, ne m’a jamais donné envie d’aller voir un film. En général, j’ai envie de voir un film quand j’en lis de bonnes critiques sur IMDB, quand il m’est recommandé par un de mes amis cinéphiles, ou quand il est réalisé par un de mes réalisateurs favoris.

    Voilà voilà, ce n’était que mon humble avis. Je n’ai aucun intérêt personnel à dire que c’est bien ou pas bien donc j’ai été le plus honnête possible. Désolé si j’ai blessé des gens dans l’aventure.

  4. Pas mal de trucs à répondre, donc voici. ;o)

    Tout d’abord merci à Jim et Vinch pour vos coments presque toujours objectifs, voire constructifs sous certains aspects. Je sais que nous discutons ici entre professionnels-concurrents et c’est toujours intéressant.

    Ici, nous avons clairement fait des choix.
    Des choix osés et assumés par nous et par nos partenaires dès la genèse du projet début d’année. Lorsque je dis que l’on utilise un maximum de technologies ONline modernes, c’est bien le cas. On pourrait discuter de la technique (scroll path, js, css3, html5 controler, jquery, paralax…) ici mais ce n’est pas le but.

    Le plus difficile quand on fait une critique d’un projet externe (et je m’y connais), est toujours de comprendre ou d’envisager les contraintes (commerciales, stratégiques, légales, budget, timings…) que nous avons eu à gérer. Les demandes et les exigences des producteurs sont normales et doivent être prises en compte tout au long du processus créatif.

    Notre objectif ici était de retranscrire un maximum l’esprit de Gondry et du film. Mais aussi de marquer les esprits en ne faisant pas quelque chose de classique et encore moins d’épuré. Quand on a vu le film (comme moi) et qu’on connait l’œuvre de Gondry, le terme « épuré » n’a pas vraiment de sens. 

    – Le temps de visite : bon, ben c’est le choix le plus scénaristique qui a été fait. Quand on connait l’histoire on comprend bien le lien. Quant aux temps de pages vues, cela n’a aucun intérêt marketing, selon moi, que les gens restent 25min sur notre site. On voulait « mettre la pression » sur le visiteur, comme le fait le bouquin sur le lecteur ou le film sur le spectateur. Aussi, 5min par section x4, ça fait déjà un bon temps de visite.
    Enfin, il existe des « moyens cachés » (easter eggs) pour stopper ce chrono facilement, ce qui fera l’objet de posts sur les réseaux.

    – Le loading : oui, j’entends bien.
    Les loadings c’est tellement « flash-2001 »! Mais bon, ce site ne pouvait être imaginé sans images de bonne qualité, beaucoup d’images.
    On a effectivement dû placer un loading (comme à l’époque), vu le poids des sections. On en profite pour teaser un peu + leur curiosité tout en donnant déjà des bribes de l’univers interne de la section. Aussi, on sait pertinemment bien que si des visiteurs sont arrivés jusqu’au loading, soit il connait le bouquin et voudra voire la suite, soit il est assez curieux pour attendre +-4sec tout en lisant une phrase « à la Vian » qui donne déjà une idée du « tone of voice ».
    Alors oui, si on avait développé un site « épuré », avec des zones en couleur pleine, du vectoriel sur un fond uni blanc,… le temps de chargement aurait été minime voire inexistant. Mais, du coup, le projet de promotion digital aurait été ridiculement loin de l’univers de Gondry et de ce film coloré et débordant de visuels + fous les uns que les autres.

    – Les navigateurs : pour infos, je suis moi-même un grand défenseur/utilisateur d’Opera sur PC depuis + de 6ans. Ici, la dernière version d’Opera supporte mal le scroll path à mon grand désespoir. Et surtout à moins de 0,74% de visites on n’a pas passé de temps sur l’optimisation dédiée (c’est un choix). Dans quelques heures/jours, Opera verra le « Site Light » adapté aux navigateurs qui ne veulent pas de « la caméra qui tourne »…
    Pour le reste, oui on a fait des choix et oui les producteurs du film et moi on les assume.
    Il est clair que j’aurais rêvé de montrer cette expérience ONline à Internet Explorer 6 mais bon. Dans mon esprit on tire un peu l’industrie vers le haut en poussant les mises à jour browser. La « régression » aurait été de faire un site en pensant à des navigateurs qui n’ont plus de raisons d’exister de nos jours.

    – La compatibilité mobile : là, c’est clairement un choix et non un aveu de faiblesse au dernier moment (@Jim). Nous l’avions prévu et écris noir sur blanc dans le dossier stratégique il y à de ça + de 4 mois.
    Avec un peu plus de moyens et de temps, nous aurions fait une version dédiée bien barrée full mobile, voire une app.
    3 choses cependant nous ont déviées de cette idée :
    o l’App Deezer n’est pas accessible sur Mobile (voir avec Deezer),
    o les App Facebook avec uplaod de photos ne sont pas permises sur Facebook (voir avec FB),
    o le jeu des nuages avec Stream en temps réel de musique depuis Deezer, ne peut en l’état être compatible mobiles.

    – Deezer, Facebook, Twitter, Youtube…: oui, effectivement « tout y est » ou presque. Ce n’est pas jute pour la frime en fait… quoique. ;o)
    Deezer nous a été imposé, avec plaisir, en tant que partenaire exclusif. Et puis avec autant de musique impliquée dans le projet, cela nous a bien aidés au niveau droit de diffusion etc… Pour le reste, Facebook + Twitter, what else ? Et Youtube, quand on diffuse des vidéos, why not ?

    – Un site Responsive ? Non, je ne pense pas. L’expérience de navigation est trop poussée pour imaginer un site en responsive. Mais à quoi bon si ce n’est de plaire à quelques geeks qui vont redimensionner leur fenêtres pour tester la responsivité du site ? Avec des moyens et du temps, on aurait donc fait une version dédiée mobile mais certainement pas un site en responsive même si on adore le principe et que l’on en développe d’autres en fonction du contexte.

    Voilà donc mon droit de réponse autour d’une « interview » rapide qui ne peut évidemment pas contenir toutes les explications nécessaires. J’espère que cette réponse pourra éclaircir un peu la situation de cette production hors norme autour d’un film exceptionnel.

    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *