Quel avenir pour les posts sponsorisés ?

Il y a quelques semaines, j’ai été invité à rédiger un article sponsorisé pour un site de vente en ligne d’habillement et accessoires de mode pour les hommes, les femmes et les enfants, un peu comme l’avait fait Germain Saval en son temps. N’ayant personnellement aucun intérêt pour ce site, je me suis dis que c’était plutôt l’occasion de faire un billet sur les posts sponsorisés. Un post sponsorisé étant un article payé par une marque ou une agence afin de créer des liens vers un site bien précis, pour que celui-ci soit mieux référencé sur Google et autres moteurs de recherches. Il fut un temps où en voyait beaucoup mais ce n’est plus tellement le cas. Arrive-t-on vers la fin d’une pratique pas toujours appréciée par les internautes ou est-ce Google qui a fait un peu de nettoyage ?

Photo Aleksandra LogistJe me suis donc tourné vers quelques experts du référencement pour voir ce qu’ils pensaient de la pratique en 2013, de son utilité, de ses dangers… Aleksandra Logist, Belgo-Polonaise habitant au Canada, Stratège SEO, SEM et SMO chez Affluences ; et Denis Tomas, spécialiste SEO belge ont bien voulu répondre à mes questions.

Quel est l’impact d’un billet comme celui-là. Cela est-il utile ? Combien en faut-il pour que cela serve à quelque chose ?

A. L. « Alors pour l’impact, tout va dépendre de l’état de référencement et de la concurrence sur le site qui a besoin de lien (ex : un nouveau site dans un secteur très concurrentiel, il en faudra beaucoup, si c’est un d’une marque qui est déjà connue, quelques un suffiront). »

D. T. « Clairement, l’impact peut s’avérer positif mais il faut un peu de volume. En Belgique, niveau volume d’articles sponso, il en faudra plusieurs dizaines au minimum pour ressentir un réel effet. »

Cela peut-il avoir un impact négatif sur le blog ? Que fait Google contre les liens sponso ?

D. T. « Pour qu’il n’y ait pas de souci, il est primordial que les textes soient bien différents des autres articles postés par les autres sources de liens. Une agence qui achète des billets sponso ne donne aucun brief au blogueur, justement pour éviter d’orienter les articles. Préparer des articles tout fait est suicidaire pour le client. De même, dans son intérêt, au client, il faut que les textes d’ancrage des liens vers le client soient diversifiés pour éviter de permettre à Google de détecter qu’il s’agit d’articles sponso. Voir le cas récent d’Interflora: dès qu’une signature est détectée, et que le volume est significatif, c’est la descente aux enfers. Pour le blogueur, pas de souci tant que ce genre de posts reste noyé dans la masse d’articles « classiques ». Si une part significative d’articles est composée de manière évidente d’articles sponso, tu peux toi aussi être pénalisé. »

A. L. « Pour le blog sur lequel est publié le post, en principe, il ne sera pas pénalisé, le risque est pour le site vers lequel les liens pointent. Maintenant, c’est sûr que si tu ne publies jamais rien sur ton blog en dehors de posts sponsorisés à faible contenu et de mauvaise qualité, il y a des risques. Il y a aussi des campagnes très mal faites où on propose aux blogeurs de publier des billets tout faits. Là, il y a risque énorme car si le même billet se trouve sur différents sites, ça va être considéré comme du duplicate content et là, les pénalités sont très grosses (risque d’être désindexé). Oui, Google est contre les liens sponsorisés ! En fait, il est contre l’achat de lien en général (sauf via Adwords bien sûr). Cependant, si une campagne est bien réalisée, ça ne pose pas de problème. Par bien réalisée, j’entends que tous les billets ne sont pas publiés les uns à la suite des autres, que les blogs choisis correspondent bien à la thématique, que les billets contiennent assez de caractère, pas trop liens dans un seul billet et que les ancres sont bien variées. »

Combien coûte un post sponsorisé en 2013 ? Ici, on me me propose 150 euros.

Photo Denis TomasA. L. « 150 euros, c’est raisonnable mais ça dépend de la longueur du texte souhaité et du nombres de liens, en fait, ça varie de 80 euros à 250-300 euros dans certains cas (niches particulièrement concurrentielles). »

D. T. « 150€ c’est correct, c’est dans les prix pratiqués. »

Avant, on en voyait assez souvent… cela semble être plus rare. Est-ce une impression ? Ou alors les gens ne disent plus qu’ils font de l’article sponso ?

D. T. « Un peu des deux. Les agences ne font plus n’importe quoi. De nombreux sites ont été pénalisés. Elles cherchent des blogs à potentiel, et plus le dernier WordPress dézippé la veille. »

A. L. « De mon double point de vue de référenceur mais aussi de blogeuse, je pense que les billets sponsos seront de moins en moins efficaces à l’avenir car je pense qu’il faudra que les thématiques correspondent strictement, les mises à jour de Google seront encore plus sévères par rapport à l’achat de liens et dans l’avenir, je pense que les blogs qui accepteront d’en faire pourraient être pénalisés aussi ce qui n’est pas encore le cas. »

Pin It

16 thoughts on “Quel avenir pour les posts sponsorisés ?

  1.  » Je suis blogueuse dans la thématique mode et beauté, au contraire de ce qui est écrit dans l’article je trouve que les posts sponsorisés sont de plus en plus présents mais c’est peut etre une caractéristique qui est propre à ma thematique ?

    Soit, ca fait 5ans que je blogue et je recois toujours plus de demandes (alors que je n’en fait pas, ca doit m’etre arrivé 3/4fois en 5ans…) , plusieurs par semaine que ca soit par les marques elles-mêmes ou via les agences spécialisées et ce pour des billets sponsorisés, pour des echanges de liens etc.. . En Belgique c’est encore un peu timide, mais chez nos voisins français c’est vraiment omniprésent.

    De plus la mention « sponsorisé » n’est pas toujours inscrite que ça soit à la demande de la marque ou par choix du bloggeur. Sauf que quand on a une bonne veille, ou qu’on a recu tout bêtement la même demande, ca se repère tout de suite…

    Pour moi les billets sponsorisés sont loin d’etre révolus et je pense sincèrement qu’il y en aura toujours encore plus, il n’y a qu’à voir aux USA ou la relation blogueur/agence/marque est vraiment différente et ou la monétisation est nettement mieux vue que chez nous.

    D’un coté si la blogueuse reste objective et sincère sur le produit ça ne me gène pas, je trouve même ça normal de gagner un peu d’argent via son blog étant donné l’investissement personnel que ça représente, mais d’un autre coté ce genre de pratique attire beaucoup d’opportunistes qui ne créent un blog quasi uniquement pour recevoir des cadeaux, faire des billets sponso , obtenir des avantages .. puis voir le même billet sur une quinzaine de blogs et quasi dans le même timing ça ne donne pas vraiment envie de suivre les blogueuses et la marque qui participent à l’action. « 

  2. Je pense qu’il faut bien définir ce dont on parle. Un article sponsorisé c’est un article rédigé contre rémunération et sur demande d’un annonceur. Il n’y a pas de lien ni d’ancre à insérer dedans par défaut. Et la rémunération n’est pas forcément monétaire. Si on se base uniquement sur le type d’articles sponsorisés décrits dans l’article, donc ceux avec des liens sponsorisés, clairement j’en vois moins et j’ai également bien moins de demandes qu’avant.

    Par contre, les articles sponsorisés sans ancre dedans, sans lien imposé, j’en vois toujours autant si pas plus. Une blogueuse beauté qui reçoit toutes les nouveautés des marques et les communiqués de presse, fait 2-3 swatchs sur sa main et un make-up et publie son article, c’est du sponsorisé pour moi.

    Une blogueuse pourrait publier un article identique sur un produit qu’elle a acheté, ce serait pour moi totalement différent. Une blogueuse mode qui publie la photo d’un look pour montrer les dernières chaussures envoyées par une marque, c’est pareil.

    Ces articles sont, par rapport à ceux avec lien imposé, bien mieux camouflés et mieux perçus par la communauté si la blogueuse fait bien son boulot. Ils ont remplacé l’article sponsorisé traditionnel. Du ebuzzing et du buzz paradise, perso, j’en vois bien moins qu’avant… par contre des articles présentant la dernière BB Cream Bourjois, j’en vois des tonnes et tous en même temps… et il n’y a aucun lien sponso dedans.

    • Pour les ebuzzing etc… perso j’en vois toujours , un peu moins mais qd mm par contre j’ai l’impression que la marque fait aussi la demarche de son coté . Genre dernièrement Demake up classique on a vu les billets partout , je me rappelle avoir reçu une demande via une des plateformes( je sais plus laquelle )alors que pour avoir discuté avec certaines filles je sais que la marque les a demarché hors plateforme.

      (Mais sinon comme tu dis , les cadeaux offerts pour moi c’est aussi sponsorisé , perso je prefere que ca soit noté noir sur blanc soit avec le mot sponsorisé soit avec cadeaux offerts par la marque ce qui n’est a 8fois sur 10 jamais noté)

  3. En même temps, tenir un blog, ce n’est pas du journalisme puisque personne ne te paie à le faire. Et puis de toute façon, même dans les journaux « sérieux » (classiques, tradi, riches, ce que tu veux), c’est bourré d’articles « sponso » aussi, par les marques, les politiques et tout le berzingue. Bref. L’impartialité c’est top si on peut se le permettre, mais c’est un luxe de nos jours…

  4. Ça a un prix disons. Et sur le web, on sait bien que l’argent n’est pas toujours évident à trouver. Perso je ne suis pas contre un petit blogpost sponso de temps en temps (jamais fait sur mon blog, l’est trop petit, le bougre), mais je ne crache pas sur ceux ou celles qui acceptent. Le souci des nécessités économiques ne font pas d’eux (ou d’elles) des ordures. Plutôt des gens raisonnables. L’idéalisme, c’est bien, mais là aussi, ça peut coûter cher… ;-) Kissss my love <3

  5. Sauf erreur de ma part il n’existe pas d’obligation légale sur le web d’indiquer qu’un contenu est sponsorisé ou non. Pas plus qu’il n’existe de definition de ce qu’est un article sponsorisé. Si je te payes 150E pour ecrire un article c’est du sponsorisé. Mais si je t’invite a visiter ma boutique et que je te file des fringues en cadeau… Est ce un contenu sponsorisé?

    En dehors de mon activité en web marketing j’eçris pour un blog d’essais auto. A priori ce n’est pas payé et je suis libre d’ecrire ce que je veux sur les vehicules testés. Mais dans la pratique on sait bien que si on est trop dur avec une marque… Curieusement on a plus de mal a obtenir des vehicules en pret…

    Les relations entre les rp des marques et les journalistes ont toujours etées a la limite de la deontologie. L’arrivée des blogueurs sur le « marché » ne rend certainement pas les choses plus claires.

    • L’usage veut qu’on le mentionne le fait que ce soit un post sponsorisé. Le web est basé en partie sur la confiance. Si on ne le dit pas, on brise cette confiance. Et peu décrédibiliser le blogueur.

      Comme journaliste et comme blogueur, je n’ai jamais eu peur de tackler celui qui m’a invité à bouffer la veille, dans le cadre d’une opération de com’ :-) Cela m’a fait perdre des contacts et des infos mais j’en ai gagné bien plus en faisant cela. Chacun sa voie…

  6. @Letilor @ Lowett Justement, est-ce que le monde de la Mode/beauté n’a pas trop de pratiques de cow boy ? Ne risque-t-il pas un retour de flamme comme cela a été le cas avec Interflora en janvier dernier ?

    Mais je précise que mon billet concerne clairement les billets sponso qui visent à créer des liens.

  7. Je pense qu’il y a intérêt à préserver un ratio le plus faible possible de liens sponso. Il suffit de voir dans quelle mesure les différents types de sites pourvoyeurs de liens « non naturels » ont souffert et souffrent encore.

    ie: annuaires, CP, diggs… à trop en faire, ça finit par lâcher

    • Comme tu le sais Denis Tomas, j’ai pas mal travaillé avec une boutique de fringue pour du lien sponso (j’avais d’ailleurs contacté letizia à l’époque). Et il y a deux type d’articles sponso il y a l’article « publirédactionelle » ou on offre un bon d’achat pour que la bloggeuse puisse tester le service et puis il y a les articles sponsos à vocation seo ce que je faisais ou l’on achetes des liens de manière « caché » histoire de faire grimper le site dans les moteurs de recherche !

      • Arnaud Nicolas un publirédactionnel c’est quand l’annonceur fournit tout le contenu. Très répandu pour les magazines, pas sur les blogs pcq alors là comme expliqué dans l’article il y a un énorme risque pour le référencement. Je ne pense pas que tu parles de ça

        Denis Tomas ils peuvent être pénalisants en termes d’image, de notoriété et de légitimité mais c’est un tout autre débat…

        • Laura Guiot effectivement par publirédactionelle je voulais dire un article à vocation marketing l’idée est plutot d’utiliser la notoriété du bloggeur pour parler de la marque. En général c’est fait intelligement pour que ce ne soit pas contraire au guidelines de Google, un bon d’achat est offert au bloggeur pour qu’il puisse tester le service et en contrepartie il parle du site. On ne lui demande pas de faire de lien mais il est évident que si il souhaite que l’article soit pertinent pour le visiteur il y a quelques liens qui vont être inséré même si on aura pas la mains sur l’ancre.

          Par contre pour les articles « SEOminded » il est généralement demandé ou bloggeur de placer un lien dans un ancien article ou encore de rédiger un nouvelle article comme il en aurait rédigé un de toute facon et de trouver la bonne tournure de phrase pour pouvoir y placer le lien sur l’ancre qui va bien !

  8. Pingback: Oh la blague! | .zoltán.jánosi.

  9. « Si un site mélange son contenu d’actualité, avec des publi-reportages, du contenu affilié, ou destiné à faire du marketing ou de la promotion », Google recommande fortement de servir ce contenu non d’actualité depuis une source ou un répertoire bien distinct, ou d’empêcher son crawl via le fichier robot.txt, ou encore de créer un sitemap Google News uniquement dédié à l’actualité. » via http://www.journaldunet.com/solutions/seo-referencement/penalite-google-news-0313.shtml traduit de l’original http://googlenewsblog.blogspot.fr/2013/03/a-reminder-about-promotional-and.html

    A l’avenir donc, Google pourrait s’attaquer à tous les contenus publi-rédactionnel. Les relations marques-blogueurs pourraient se voir fortement touchées. En tant que community manager amené à bosser avec des blogueurs, je vais suivre cette affaire de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *