Fadila Laanan & Benoît Cerexhe, le web mérite mieux que cela

Logo Elections communales 2012 BruxellesDepuis la rentrée, la campagne belge pour les élections communales et provinciales du 14 octobre prochain a commencé. Et bat son plein sur Internet. C’est tellement fun que des initiatives comme Communales 2012 : le meilleur du pire voient le jour. Chaque jour nous réserve son lot de surprises. Les candidats semblent vouloir être plus ridicules les uns que les autres. Ok, il faut être présent sur les réseaux sociaux mais pas n’importe comment.

C’est vrai qu’avec l’avènement d’Internet, on a dit que n’importe qui pouvait produire du contenu sur le web. Nous sommes bien d’accord. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut le faire n’importe comment. Pour la vidéo comme pour le reste. Donc, oui vous pouvez faire des vidéos tout seul chez vous, rien ne vous en empêche mais lorsque vous voulez faire passer un message politique, n’hésitez pas à viser une certaine qualité. Sans pour autant devoir faire du cinéma.

La palme du moment revient à Benoît Cerexhe, ministre de l’Emploi et de l’Economie de la Région bruxelloise, qui nous a fait cadeau d’un lip dub affligeant.

Il rejoint une autre ministre belge dans le club des dépositaires de vidéos nazes. Fadila Laanan, la minitre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait elle aussi commis une vidéo d’une qualité médiocre pour les voeux du nouvel an 2011. Vidéo qui se terminait, entre autres, par deux doigts d’honneur de la part d’un membre de son équipe. La classe.

L’idée ici n’est pas de critiquer le fond de ces vidéos mais bien leur forme. Faire du web ne veut pas dire faire un brol avec du mauvais matos, le tout avec des grosses moufles d’Inuit. Il existe en Belgique de nombreuses agences, des indépendants, des étudiants en communication web… des gens qui savent (enfin cela dépend pour qui) ce qu’ils font quand on parle de communication en ligne.

Evidemment, on va me rétorquer que cela a un coût. OK. Et alors ? Ces mêmes ministres, ne demandent pas à un ignare de bricoler leur communication avec la presse papier. Je ne pense pas que leur porte-parole soit un type trouvé au coin de la rue et qui leur a dit « Hé moi je sais faire ça ». Pourquoi ne pourrait-on pas envisager, comme on le fait pour les autres postes d’un cabinet, d’engager des gens compétents pour faire une campagne en ligne ? Ce n’est pas pour rien que j’ai choisi deux exemples où les protagonistes bénéficient d’un certain budget que ce soit comme ministre ou comme tête de liste aux communales. Pour terminer sur le coût, il y a moyen de faire des belles choses sans dépenser des cents et des mille. Il faut bien choisir son prestataire de service. Comme on le fait pour d’autres choses.

Il ne faut pas oublier que le principal est de faire passer un message. Utiliser le ton décalé peut très vite desservir ce message. Michel Daerden a longtemps usé d’un ton décalé, pour au final n’être plus qu’une caricature de lui-même, un bouffon. J’ai la même impression lorsque je vois les vidéos de Benoît Cerexhe et Fadila Laanan.

En préparant cet article, je voulais trouver un exemple de bonne pratique de communication web pour ces communales, c’est eMich qui m’a mis sur la piste hier soir. Au niveau régional, EcoloBxl a tourné un clip pour chacune des communes bruxelloises, à voir sur leur chaîne Vimeo. De nouveau, sans juger du fond, ces vidéos sont bien faites tant au niveau des images, du son ou du rythme. C’est bien la preuve qu’il est possible de faire de bonnes choses, pas trop compliquées sans que cela n’ait l’air grotesque.

Disclaimer : je précise, pour qu’on ne me taxe pas de faire la promo d’Ecolo en lousdé, que le fait que j’ai travaillé dans un cabinet Ecolo pendant 18 mois n’a en rien influencé mes choix dans cet article. Je pense que n’importe qui pourrait dire que les deux premières vidéos sont nazes tandis que la série de vidéos d’Ecolo est plutôt bien réalisée.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *