2houses.com devient payant et veut lever 675.000 € sur MyMicroInvest

Logo 2houses.comQuand on est parent et qu’on se sépare, ce n’est pas toujours facile gérer la vie de son enfant. Gill Ruidant s’est retrouvé dans ce genre de situation. Il a alors cherché un outil qui lui permettrait de partager un calendrier, les dépenses… Il n’a rien trouvé. Dans un premier temps, il a utilisé Google Calendar, mais il a vite vu les limites du système. Il a donc décidé de créer l’outil lui-même et a, pour cela, lancé une startup début 2011. C’est comme cela que le concept de 2houses.com est né. Lorsque je bossais chez Technofutur, j’avais écrit un article pour Marketing on the beach.

150 améliorations sur 2houses.com

A l’époque, Gill Ruidant en était à une version Beta, assez light. Il est maintenant passé à la vitesse supérieure. A partir de ce vendredi 14 septembre, son site va devenir payant. Ce sera 8 euros par mois ou 80 par an, par famille. Il y a bien une version gratuite, mais tellement réduite que cela ou avoir Google Calendar… Après un peu moins d’un an et demi de boulot sur son site, le jeune entrepreneur passe donc à la phase de monétisation. « Oui mais on a apporté près de 150 améliorations au site : l’interface a été revue et peut être ouverte aux tiers (famille, baby-sitter, médiateur…) ; la synchronisation avec les smartphones est facilitée ; le calendrier a été réfondu, il ressemble maintenant beaucoup plus à Google Calendar, il est plus interactif qu’il ne l’était avant ; apparition de wishlists, sur lesquelles les parents peuvent donner leur avis, leur aval ou poser un veto ; les dépenses pour l’enfant pourront être visualisées sur des graphiques ; la gestion des pensions alimentaires et des remboursements de mutuelle a été ajoutée… Une application iPhone devrait sortir fin octobre. »

2houses calendar

« Nous nous sommes basés sur les remarques des parents, explique Gill Ruidant. Nous avons eu plus de 1.000 retours sur les quelque 4.000 personnes qu’il y avait sur notre plateforme au moment où nous avons fait notre enquête à propos du site. Notre communauté d’utilisateurs se sent vraiment impliquée, c’est une vraie aubaine pour nous. »

Si le nombre de personnes à avoir donné leur avis est important, celui qui a déjà pris l’abonnement payant, l’est moins. Sur les 5.500 comptes de la plateforme, seuls 25 d’entre-eux sont devenus payants… Ok, cela ne fait qu’une semaine qu’on sait qu’il va falloir payer mais quand même. « Oui, c’est certain, avoue le patron de la startup. Mais je suis quand même content de voir que des gens payent pour ma solution. Cela dit, c’est vrai qu’il y a beaucoup de travail à faire. »

Une deuxième levée de fonds


Evidemment, ce n’est pas avec cela qu’il fera bouillir la marmitte. Avec la version alpha de 2houses.com, laquelle il a, en juin 2011, présenté lors de la finale du Founder Institute, il avait réussi à obtenir un premier financement auprès d’un fonds belge, Inventures, cofondé, entre autres, par José Zurstrassen (qui a aussi fondé Skynet, Keytrade Bank et de nombreuses autres boîtes).

Comme une nouvelle ne vient rarement seule, en plus de passer à la phase de monétisation, 2houses.com entre aussi dans la phase levée de fonds, la deuxième, dans laquelle une partie de la somme sera issue du crowdfunding. « Nous sommes dans la dernière ligne droite, se réjouit-il. 2houses.com sera la première société à se faire financer sur la plateforme de crowdfunding MyMicroInvest – à laquelle José Zurstrassen, encore lui, est associé. Le principe est assez simple : si j’arrive à lever 100.000 euros via le crowd, le fonds lui injectera 575.000 euros dans la société. »Et deviendra, ainsi actionnaire majoritaire dans 2houses.com, avec 50,5% des parts. « C’est le jeu, répond Gill Ruidant. Mais je garde une minorité de blocage. »

En parallèle à cette levée de fonds, 2houses.com a pris un emprunt subordonné de 500.000 euros auprès de Novalia, une filiale du groupe Sowalfin qui a été créée pour aider financièrement les PME wallonnes à concrétiser leur projet d’innovation. Mais pour obtenir ce prêt, Gill devra d’abord obtenir le financement via MyMicroInvest. « Novalia donne un apport de 40%, il faut aussi 60% qui proviennent du privé, ce qui devrait bien être le cas ici », ajoute Gill Ruidant.

Ce qui au final va donner près de 1,2 million d’euros d’apport financier pour la société. Argent qui sera destiné à l’expansion européenne. Pour le moment, 70% des clients de 2houses.com se trouvent en France (40%) et en Belgique (30%), 15% aux Etats-Unis puis suivent le Canada, la Suisse, l’Espagne… « Notre volonté est de travailler le marketing sur les Pays-Bas et l’Espagne avant de s’attaquer au gros morceau qu’est l’Allemagne. Ensuite on s’intéressera aux pays scandinaves. »

Tout à l’air sur les rails mais il va falloir maintenant démontrer qu’on peut ramener du pognon à la casa.

Pin It

3 thoughts on “2houses.com devient payant et veut lever 675.000 € sur MyMicroInvest

    • Plus les gens rentrent tôt dans ton capital, plus leur pourcentage est élevé. Plus tu as de clients payants au moment de l’entrée dans le capital; plus tu peux avoir de poids.

      Dans le cas, de Gill, je crois qu’il a bien géré l’évolution de sa boîte.

      Sinon, tu as raison : aux USA pour la même somme, on te prend moins de % de ta boîte. Mais il y a une raison à cela : il y a bcp plus de fonds d’investissements aux States. Et ceux-ci se font une énorme concurrence. Ce qui aide bien les startups :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *