Trop triste du nouveau Google Reader

Google ReaderCe matin, quelques minutes après m’être réveillé, j’ai machinalement ouvert ma machine. Un coup d’oeil sur Twitter, sur Facebook, sur mes mails et finalement je suis arrivé sur Google Reader. Et là, Ô tristesse, plus d’éléments partagés. Google les a supprimés dans sa nouvelle version. Je suis tristesse ! Et pas que moi d’ailleurs, j’ai vu passer de nombreux tweets ce matin déplorant ce changement.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas : Google Reader, lancé le 7 octobre 2005 par la société Google, est un lecteur de flux d’information sur Internet, permettant la lecture des flux RSS et Atom. La version stable du lecteur est sortie le 17 septembre 2007, devenant ainsi le plus important agrégateur avec interface web (définition Wikipédia). En gros, un bidule qui me permet de lire le contenu des blogs et des sites sans aller sur ceux-ci. Un outil des plus pratiques !

Cet outil avait – oui avait ! – une fonctionnalité formidable : je parle de ces fameux éléments partagés dont je parlais un peu plus haut. Comment cela fonctionnait-il ? Parmi les articles venant des 459 flux auxquels je suis abonné, je pouvais choisir d’en partager certains – autant que je le voulais – avec les personnes qui s’étaient abonnées à mon flux d’éléments partagés. Dans mon cas, cela représentait quelques 150 personnes.

Pourquoi je regrette la disparition des éléments partagés :

  • parce que pour moi, c’était une forme de journal en ligne enrichi par le choix de personnes que j’avais choisi de suivre et dont les choix de lectures étaient importants pour moi. Le tout à la suite l’un de l’autre. Je les lisais un peu comme un webzine.
  • parce que cela me permettait de partager beaucoup de choses vers un groupe de personnes qui avait décidé de me suivre pour les éléments partagés. Il m’arrivait parfois d’appuyer sur Share plus de 20 ou 30 fois sur une journée. Ce qui ferait beaucoup sur Facebook, Google + ou Twitter. Mais là, ce n’était pas un problème, c’était le lieu pour du partage à gogo.
  • parce que les éléments partagés n’étaient pas encombrés par les statuts et des tas d’autres choses.
  • parce qu’ils restaient dans un dossier à part. Vous partiez une semaine, vous pouviez vous faire la semaine d’éléments partagés. Impensable avec Twitter, Facebook ou Google+
  • parce que je partageais là des tas des trucs que je ne partageais pas ailleurs. On aimait bien balancer des tas de trucs rigolos.
  • parce que, bordel, c’était un vieux service qui fonctionnait bien et auquel j’étais habitué. Et que, parfois, la résistance au changement, les habitudes, toussa, et bien cela a du bon !
  • parce que je n’ai pas envie de passer mon temps à faire un cercle dans G+, d’y mettre les gens qui étaient dans mon Google Reader, de bien partager dans ce cercle… fais chier.

Voilà. C’est dit. Google ne fera pas marche arrière, je le sais. Que les éléments partagés le soient via le + 1 de Google, je peux comprendre la stratégie qui pousse à développer Google +. Mais alors, pourquoi ne pas avoir créé la possibilité d’agréger les flux de + 1 en un seul – enfin pour ceux qui veulent -, comme cela était le cas avec les éléments partagés ? Peut-être cela arrivera-t-il ?

N. B. : Le titre de ce billet a été inspiré d’un tweet de Flexyflow.

Pin It

5 thoughts on “Trop triste du nouveau Google Reader

  1. Bonjour,

    Par nature je suis conservatrice, je ne cherche donc pas à modifier fréquemment un environnement dans lequel je me sens à l’aise.
    Je ne suis cependant pas réfractaire au changement. Quand il m’est proposé (imposé) je cherche à y trouver de nouvelles marques et je m’adapte, sauf… quand je n’y retrouve pas des fonctions et usages utiles !

    C’est le cas avec la nouvelle version de Google Reader que je perçois comme une régression, et c’est frustrant :sad:

    Amicalement,
    Monique

  2. Heureusement qu’on peut encore exporter nos données GG Reader, mais finalement je vais dans le même sens que Monique. Au final, je privilègie d’ailleurs la maîtrise en interne des outils et services indispensables.
    Pour l’instant, Google me proposait un RSS Reader qui me convenait, mais les premiers avis me suggèrent de monter mon propre système.

  3. This is exactly my problem with the new interface as well. The shared items were always the first filter I would check. But somehow I think there will be a hack for this soon enough. I hope.

  4. Pingback: Google Reader, reconstruire la fonctionnalité « share » » Denis au fil du web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *