Avec Charlouns, ça mousse…

J’ai annoncé hier que j’allais lancer une nouvelle rubrique sur ce blog, celle des portraits de mes potes, ceux qui me font marrer, ceux qui font des trucs intéressants ou tout simplement ceux sur qui j’ai envie d’écrire.

Je vais ouvrir le bal avec Charles. Charles Thomaes et moi nous sommes rencontrés à l’Ihecs (l’école de com’ que je ne suis pas arrivé à terminer), il y a maintenant plus de 10 ans. Nous n’étions pas les plus doués pour nous taper un blocus de la manière la plus consciencieuse qui soit. Malgré tout Charles, en prenant son temps, y est arrivé (malgré ce que honteusement je pensais jusqu’il y a peu et qui se trouvait dans la précédente version du texte. MEA CULPA)

Par contre, pour organiser des fêtes et autres joyeusetés, on s’entendait pas mal. C’est que le Charlouns n’avait pas son pareil pour mettre l’ambiance. Sauf peut-être dans les rangs plus que larges de filles qui tombaient en pâmoison lorsqu’il passait… Enfin soit, il ne m’a jamais fait d’effet perso ! Je me rappelle aussi cette année où il n’a pas cessé à nous bassiner avec Who let the dogs out… Putain, on l’aura entendue cette chanson. Je ne la dissocierai jamais de Charlouns.

Drôle, grande gueule, sportif, people, très visible car très remuant, l’ami Charles, par corollaire, a toujours réussi à s’attirer de nombreuses inimitiés, surtout chez les mecs d’ailleurs ! Le côté frimeur, ça ne plaît pas à tout le monde. Qu’importe, le trublion a fait son petit bonhomme de chemin depuis l’Ihecs. D’une pub à un plateau télé en passant par un court, il est dans la production audiovisuelle depuis bientôt 10 ans, ce, avec quelques détours dans des castings et beaucoup d’improvisation.

Ici, il propose sa candidature pour MCM en 2008, parce qu’il trouve qu’il est « mieux devant la caméra que derrière la caméra » :

La Semaine du Jeu Vidéo

Et bien, finalement, il y est arrivé. Aujourd’hui, ce samedi 3 septembre, il sera partie prenante dans la toute nouvelle émission de la RTBF dédié aux jeux vidéos. La Semaine du vidéo (Facebook, Twitter, Web) sera présentée par Tatiana Silva et sera destinée tant aux gamers qu’aux débutants, me souffle Valentin Bouttiau qui porte le projet depuis près de 2 ans.

« A l’époque, j’ai contacté Alain Gerlache pour lui demandé pourquoi on ne ferait pas une émission sur les jeux vidéos sur la RTBF », explique-t-il. Depuis, il a été rejoint par Lotfi Bendimered et Nicolas Athanassiades, avec qui il prépare le projet depuis un an. C’est lui qui a été chercher Tatiana Silva tandis que Lofti a ramené Charles Thomaes avec lequel il faisait des capsules aux soirées bruxelloises les Apéros Urbains.

Si Tatiana présentera l’émission, Charles quant à lui va présenter un reportage décalé sur le monde du jeu vidéo. « L’idée est d’accrocher les gens qu’ils aient une Wii ou qu’ils soient propriétaires de toutes leurs consoles depuis leur enfance. Notre travail sera rythmé, plein de punch… Tu verras. »

Pour cela, j’ai pleine confiance en Charles qui a toujours été débordant d’énergie. Maintenant, j’espère pour lui et pour toute la bande en général que cela va bien se passer. Pour le moment, dix émissions (dont quatre déjà tournées) sont programmées. Verdict en décembre prochain. On verra si le test a été concluant.

UPDATE : la première émission n’a pas eu lieu… Un bug pour commencer. Est-ce un bon ou un mauvais signe ?

Pin It

8 thoughts on “Avec Charlouns, ça mousse…

  1. Cher Mateusz,
    Au cas où tu ne t’en serais pas douté, aucun diplôme ne m’impressionne. Mon maître à penser est Edison qui a pas mal réussi. La société qu’il a fondée (General Electric) se portant assez bien, malgré des études en journalisme ferroviaire assez succinctes! (Edison avait créé un journal qu’il écrivait, imprimait et distribuait dans le train où il habitait)!
    Mais, tu m’as aussi appris que la jolie Tatania Silva était originaire du Cap Vert et parlait donc aussi le Portugais.
    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *